Construire un monde imaginaire comme J.R.R. Tolkien

Salut à toi, naufragé ! Ici, l’Explographe.

Bienvenue dans ce nouvel article de ma série sur l’écriture, cette fois consacré au worldbuilding.

Pourquoi tu parles anglais, fdp ?

OK, donc toi t’es le genre d’individu à écrire respect « réspé » tellement t’es loin du concept. Je prends en compte ta remarque et je m’adapte. Après tout, je suis un esclave de classe C. Nous allons donc parler de construction de monde fictif.

Dans ta quête pour écrire le meilleur roman du monde, vient un moment où tu te dis que la fantasy/science-fiction est le genre évident. On n’imagine pas un thriller meilleur roman du monde. Non, naufragé, on ne l’imagine pas. Personne ne l’imagine. Personne…

Qui dit genre fantastique, dit également monde fictif. Et là, la brique. La tâche te semble gigantesque parce que tu n’y connais rien et que tu veux la gloire avant le travail. Même tes commentaires rageux sur Maxime Chattam ne te font plus d’effet. Il est grand temps de voir un peu de théorie.

Inventer des mondes fictifs est un art en soi utilisé dans le jeu vidéo, le jeu de rôle, le cinéma, l’écriture, bref, tout ce qui touche à l’imaginaire. Il y a donc énormément à en dire. Le but de ce papier est de te donner une méthode simple et concrète pour débuter. Il ne sera donc malheureusement pas exhaustif.

Tout d’abord, pourquoi créer et définir ton monde ? Afin de te donner un cadre pour t’exprimer. À l’image d’un peintre, tu as besoin d’une toile pour peindre. Sinon, ça s’appelle de l’art contemporain et personne ne désire réellement faire ça. Non, personne ne désire ça, naufragé. Personne…

Définir ton monde ne signifie pas pour autant l’imaginer jusque dans les moindres détails, mais suffisamment pour déployer ton aventure. Par exemple, si ton histoire se passe à Zlatan City, on s’en bat les couilles de savoir que la mairie de Ronaldopolis est un cube doré infecté par une IA transgenre anti-portugais. Ce n’est pas pertinent. On développe juste ce qu’il nous faut pour travailler. Tu peux mentionner Ronaldopolis pour signifier que d’autres villes existent, mais remplir des pages de descriptions monotones sur la géographie du monde merveilleux de League of Champignons va simplement ennuyer la plupart de tes lecteurs.

Ceci précisé, voilà les grandes étapes à considérer :

1) Où l’histoire prend-elle place et quand ?

Un lieu et un temps définiront les limites intrinsèques de ton monde. En effet, si ton futur bestseller, « League of Champignons », se passe en 3210 dans le système de Corupsion IV, cela aura une tout autre portée que s’il prend place au 12e siècle sous l’ère du roi Platino le Sanglant.

Tu peux également considérer le milieu. Une ville, une région, voire un continent impactera différemment l’échelle de ton récit. Certaines spécificités géologiques sont également à prendre en compte, par exemple, une forte marine pour les habitants d’une île puissante.

2) Qui sont les principaux habitants intelligents de ce monde ?

En d’autres termes ; il y a-t-il plusieurs races dans ton monde ? Quelles sont les spécificités évidentes ?

Par exemple, Corupsion IV comprend deux races : les tritons de Pluton et les humains. Certains humains ont des améliorations qui les rendent plus forts et plus rapides. On les appelle les cyborgs.

3) Comment se structure le pouvoir dans ton monde ?

Le pouvoir est ce qui régit le monde. Qu’on soit noble ou manant, personne n’échappe à son influence. On peut le combattre ou le défendre, mais il doit être clairement défini.

Par exemple, Corupsion IV est dirigée par une oligarchie, un conseil de riches qui gouverne depuis leur arche spatiale, « FIFA ».

4) Existe-t-il des différences sociales dans le monde et quelles formes prennent-elles ?

S’il existe des classes sociales, il est important de les définir et de préciser qui en fait partie, qui est craint et qui est dominé.

Par exemple, dans mon monde les tritons de Pluton forment le gros de la classe ouvrière, les pauvres. Les humains les exploitent et composent la classe moyenne. Les cyborgs, plus fortunés, dominent le haut de la pyramide et sacrifient des enfants parce que c’est cool et qu’ils s’ennuient. Je sais, c’est gratuit, mais j’écris ce que je veux.

5) Quels sont les grands événements qui ont façonné ton monde ?

Il est conseillé de se donner quelques points de repères historiques importants afin d’expliquer l’état actuel du monde ainsi que son fonctionnement.

Par exemple, une guerre terrible entre les tritons de Pluton et les humains ravagea Corupsion IV. Les aliens perdirent et devinrent esclaves, car moins chers que les robots. Il y eut plusieurs révoltes et la « FIFA » décida finalement d’un « code Triton » afin que les humains les traitent mieux. Depuis, tout va bien !

6) Quel est le niveau technologique de ton monde comparé au vrai monde ?

Le niveau technologique façonne l’identité ainsi que les possibilités physiques de ton monde. C’est un choix à peser consciencieusement. Une fois déterminé, tu ne pourras plus le remettre en question.

Par exemple, les cyborgs voyagent à vitesse quantique (ça ne veut rien dire, mais c’est stylé) grâce à leurs vaisseaux ronds comme des ballons de foot. Cela modifie leur rapport aux distances. Pluton n’est plus si loin de la terre pour eux. Dans le monde réel, il nous faudrait plusieurs générations pour y arriver. Leur technologie leur offre des possibilités spécifiques ; ici, niquer le distance game.

7) Quelles sont les normes sociales en vigueur ainsi que les croyances populaires ?

Chaque peuple a ses fêtes, ses rites et ses croyances. Si ton monde comporte une religion importante, par exemple, il faut t’en faire une idée. Ce genre de détails ajoutent énormément de profondeur à ton récit et il ne faut surtout pas négliger cette partie-là.

Voici d’autres pistes intéressantes sur ce thème : qu’est-ce qui est normal pour les habitants de ton monde ? Quel est leur niveau d’éducation ? Etc.

Dans Corupsion IV, les humains sont capitalistes et cartésiens. Ils cherchent donc l’immortalité technologique à défaut d’un paradis métaphysique. La science joue un rôle central dans leur vision du monde ainsi que le football.

À l’inverse, les tritons de Pluton vénèrent farouchement Plutania, la déesse du froid et du vide cosmique. Ils sont monothéistes et on voit bien où ça les a menés. LOL.

8) Si la magie existe dans ton monde, comment s’organise-t-elle et qui la pratique ?

Plus spécifiquement en fantasy, si tu intègres de la magie dans ton monde, il faut que tu l’expliques de façon crédible par rapport à celui-ci. Elle doit obéir à des lois aka un système de magie reposant sur une source d’énergie quelconque. Souvent, son utilisation demandera des capacités que peu de gens possèdent, car rare égal précieux, précieux égal stylé et stylé égal ce qu’on veut. CQFD.

Par exemple, Platino le Sanglant est un mage de guerre. Il possède le pouvoir de corrompre les esprits par la force de son sang. Dans ce monde, le sang transporte la vie biologique et métaphysique des êtres. En gros, l’âme des gens circule dans leur sang. Certaines âmes sont mêlées aux forces cosmiques qui leur confèrent des pouvoirs. Platino le Sanglant est capable d’infecter le sang d’un adversaire afin de lui imposer sa volonté. Respect.

Pour finir…

Voilà donc les principales étapes que je suis pour construire mes mondes. Garde à l’esprit que cela prend du temps et qu’il te faudra de la patience. Comme pour tout en écriture, n’hésite pas à t’inspirer à l’aide de tous les supports possibles (dessin, musique, film, etc.).

Enfin, laisse la croyance qu’il te faut nécessairement un monde ultra original pour écrire une bonne histoire. Ton monde doit avant tout te correspondre et servir ton récit. La seule obligation est de rester cohérent au sein de ta propre création. Définis-y les règles, respectent-les et tout ira bien.

Si tu as des questions, je compte les perroquets carnivores pour passer le temps juste en dessous, dans la section commentaire 😉

Sur ce, à ton clavier, stylo ou plume, que ton roman commence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *